septembre 7

Un héureux événement

Marie-Louise se love contre la poitrine de l’Empereur. Cette nuit, elle l’a passée entièrement près de lui.  C’est si rare.

«Notre fils fait des progrès de jour en jour, dit-elle. Hier, il a fait quelques pas entre Madame de Montmirail et moi. J’ai bien cru qu’il allait marcher.

– Je veux qu’il marche et qu’il parle vite, répond l’Empereur. Qu’il apprenne à dire « Sire » et à prononcer « Napoléon » sans aucun accent. Aujourd’hui, après le conseil, nous irons le faire marcher à Chantilly.

Napoléon dépose un bref baiser sur le ventre de l’Impératrice et se lève.

– Ah que cette fin d’été est agréable, ajoute-t-il. Quand je pense que pendant un temps, j’avais envisagé de partir en Russie.  La venue de notre deuxième enfant a eu raison de mes hésitations. Si je n’ai pas été une fierté pour mon père, que je sois un exemple pour mes fils.

– Pour nos enfants, corrigea Marie-Louise en souriant.

– Allons déjeuner fit l’Empereur, j’ai une faim de loup, et toi, tu dois manger pour deux.

(Napoléon Bonaparte et Marie-Louise d’Autriche, le 7 septembre 1812, jour de la bataille de la Moskova (ou Bataille de  Borodino)  qui fit plus de 100 000 morts sur les 250 000 soldats engagés. La retraite des russes ouvrit la route vers Moscou que Napoléon atteignit le 14 septembre.)

© Amor-Fati 7 septembre 2012 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 7 septembre 2012 par Amor-Fati dans la catégorie "Uchronie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *