novembre 1

Rose ou blanche?

John stoppa la calèche légère devant la porte nord du bâtiment. Le chemin avait été long depuis Philadelphie où il avait l’habitude de travailler dans la semaine.
L’herbe était abondante et les chevaux purent brouter à leur guise pour se reposer un peu. La maison n’était pas encore terminée, il restait encore un salon à finir, et les commodités manquaient. C’était cependant suffisant pour y vivre.

John Adams avait déjà 65 ans et il aimait son petit confort.
Il fit le tour de la calèche, ouvrit la porte droite, descendit le marchepied et tendit la main. Abigaël son épouse la saisit et descendit de la voiture.
« Oh, cette dernière partie de voyage m’a épuisée dit-elle. Je croyais que ça n’en finirait jamais.
– Nous avons fait seulement cinquante miles depuis ce matin Abi, ce ne devrait pas être top dur.
– Oui, mais j’ai encore les quatre-vingts d’hier en mémoire.
– Allons, cessez donc de vous plaindre et venez voir notre nouvelle demeure.Abigaël Adams passa au large de la calèche et se planta fixement sur ses deux pieds, les mains sur les hanches.
– Ah oui, dit-elle, c’est une belle maison. je pense qu’elle sera digne de nous, nous l’avons bien méritée.
– Vous avez raison, Abi. Depuis le temps que nous travaillons pour la cause commune, ce n’est qu’un digne remerciement. Et puis Philadelphie devenait trop incommode, vous ne trouvez pas ?
– Vous savez bien ce que j’en pense, John. la distance qui séparait notre domicile de votre bureau était beaucoup trop grande et vous faisait partir de bonne heure le matin.
– Ici au moins, j’aurai tout sous la main. Mon bureau et notre domicile. Et puis, nous ne sommes pas loin du centre ville. Vous pourrez vous y rendre aisément en calèche légère. Tenez, regardez, voici l’architecte qui vient vers nous.
Le couple avança de quelques pas. Il fallait faire attention, car le chantier n’était pas terminé, des blocs de grès restaient sur place et des éclats de pierre jonchaient le terrain.
– Mes respects, Monsieur Adams, mes hommages Madame, je suis heureux que vous ayez pu venir.
– Bonjour Monsieur Hoban, mais c’était entendu ainsi. Nous comptons d’ailleurs dormir ici ce soir. Nos malles sont parties de Philadelphie avant-hier et seront là demain. Mon épouse tient à être présente pour la répartition des meubles.
– Oui, c’est exact, dit Mrs Adams. Demain en fin de matinée. J’espère que les pièces sont propres, car j’aimerais installer nos affaires assez rapidement.
– Une partie, en effet, répondit l’architecte, mais vous n’aurez pas accès à l’ensemble du bâtiment avant quelques mois. Il y a à peine huit ans que les travaux ont commencé et je pense que nous en avons encore pour une bonne année de travail.
– Espérons que nous serons encore là l’an prochain, n’est-ce pas, John ?
– Je le souhaite, Abi, je le souhaite, mais vous savez comme moi que nous ne sommes pas maîtres de notre destin…
– Avant d’entrer avec vous à l’intérieur, Monsieur Hoban, j’aimerais bien que nous parlions de l’aspect extérieur, interrompit Abigaël Adams.
– Y a-t-il un problème, Madame ?
– Quelle est cette pierre dont est faite la maison ?
– C’est du grès, Madame. Du grès d’Aquia Creek. Un excellent matériau.
– Peut-être, peut-être, Monsieur Hoban, je n’en disconviens pas, mais un peu triste, je trouve. Je me demande si un enduit ne donnerait pas un peu de grâce à cette maison.
– Nous y penserons, Madame, le conseil se réunit demain. Auriez-vous une idée de couleur ?
– Lorsque j’étais enfant, nous habitions à Weymouth,dans le Massachussetts. Mon père, le Révérend Smith, Dieu ait son âme, l’avait achetée à son mariage. Hé bien, , elle était d’un beau rose, et j’en garde un souvenir ému.
– Pour vous plaire, Madame, répondit James Hoban, nous trouverons un enduit qui donnera à cette habitation la couleur que vous souhaitez.
– Que vous demandait ma femme ? intervint John Adams qui rêvait en regardant l’immense demeure.
– Nous parlions de couleur. Madame Adams souhaiterait voir cette maison enduite de rose.
– Soit, si ça peut lui faire plaisir, je n’y vois pas d’inconvénient.
– Alors, allons visiter l’intérieur si cela vous convient, Monsieur le Président, proposa James Hoban. Bienvenue à la Maison Rose, car c’est ainsi que l’on pourrait la nommer désormais.(Le 1er Novembre 1800, John Adams, deuxième président des Etats Unis s’installe dans sa nouvelle demeure de Washington. Construite en grès d’Aquia Creek d’une couleur gris sombre. Une fois la construction terminée, le grès poreux fut enduit d’un mélange de chaux, de colle, de caséine et de plomb, pour donner finalement au bâtiment sa couleur et son nom. La Maison Blanche, ainsi nommée depuis 1901, est la demeure des présidents américains. Tous les présidents l’ont habitée, exception faite de Georges Washington. Le Président Adams et son épouse ne restèrent à la Maison Blanche que quatre mois. Le 4 mars 1801, Adams fut battu par Thomas Jefferson à l’aube de son second mandat.)

© Amor-Fati 1 novembre 2012 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 1 novembre 2012 par Amor-Fati dans la catégorie "Fiction", "Uchronie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *