décembre 25

Baptême rémois

clovis

L’homme ne porte qu’un léger caleçon. C’est tout. Des petites sandales aux pieds et un voile déposé sur son dos. Ce n’est pas grand-chose pour un 25 décembre. Sa femme est à ses côtés. Entièrement habillée, elle, et même richement parée. Elle porte une longue robe de soie mauve, un gilet de laine blanc et sur ses cheveux, un voile immaculé accroché par deux barrettes d’or. Elle a placé sur ses épaules un lourd manteau de laine tissée.

La cathédrale est pleine à craquer. En ce jour de Noël, trois mille hommes sont venus. A pied pour ceux qui sont dans l’église, à cheval pour ceux qui sont dehors, à attendre.

Debout devant le bassin d’eau, le soldat réfléchit :

« Dieu de Clothilde, guide ma flèche vers la victoire. Si tu m’accordes la victoire sur mes ennemis, et que je fais l’épreuve de cette puissance dont le peuple, consacré à ton nom, dit avoir reçu tant de preuves, je croirai en toi et me ferai baptiser en ton nom.

« Mais quelle idée j’ai eue d’aller raconter ça avant de tirer ma flèche. Et j’avais une chance sur mille de faire mouche. Et cette fichue flèche est allée traverser le cou du chef des Wisigoths.  Et maintenant, je ne peux plus faire marche arrière, c’est trop tard…

– Clovis, Roi des Francs, annonce soudain Rémi, au bord de la piscine, tu as accepté de devenir chrétien et de recevoir aujourd’hui le sacrement du baptême. Es-ce sans contrainte et selon ta propre volonté ?

– Propre volonté, à moitié seulement, pense-t-il. Clothilde m’a assez bassiné comme ça. Si tu veux que toi et moi soyons en parfaite harmonie, fais-toi Chrétien. C’est limite chantage quand même ça… Et puis, quand j’ai dit Oui, ça a  été : « Et toute ton armée aussi … Je me refuserai à toi tant que tu ne seras pas chrétien. » On peut appeler ça sans contrainte ça ?

– Oui, Monseigneur, de par moi-même et sans contrainte.

– Alors, entre dans l’eau. Une fois immergé, je t’administrerai le Saint Chrême.

L’homme avance, met un pied dans le bassin circulaire qui se trouve dans le mitan de la cathédrale.

– Brrr, elle est froide, dit-il.

– Crois en moi et aie confiance dans la parole du Seigneur. Le Seigneur a dit : « Au début elle est froide, mais une fois dedans, elle est bonne ». Alors, aie confiance et entre dans l’eau.

– Si j’avais su, j’aurais pas venu, pense Clovis. Se faire baptiser un 25 décembre alors qu’il gèle à pierres fendre, tu parles d’une idée. Moi, j’avais proposé qu’on attende le mois d’août, mais Clothilde n’a rien voulu savoir.

Après plusieurs tentatives, Clovis regarde son épouse qui lui lance un regard qui en dit long. Pas moyen de reculer.

– Quand faut y aller, faut y aller, pense-t-il.

Et il s’avance dans le bassin. Rémi s’approche, en faisant bien attention de ne pas toucher l’eau.

– Clovis, Roi des Francs, en ce jour de Noël, je te baptise et  te déclare chrétien devant l’humanité entière, clame haut et fort l’Evêque Rémi.

Et voilà, comme aimait à le dire mon papa, Clovis a été baptisé car il avait juré qu’il embrasserait un jour le culte de Clothilde.

 

(Le 25 décembre 499, Clovis se fait baptiser à la cathédrale de Reims par l’Evêque Rémi devenu plus tard Saint Rémi. Bon, pas très politiquement correcte ma chronique pour un jour de Noël. Désolé…)

PS : La légende prétend qu’en même temps que lui, ses 3000 soldats ont été baptisés également. Or, le baptême est un sacrement que l’on reçoit personnellement, et non collectivement. Ce qui veut dire que si l’évêque Rémi a baptisé un à un les 3000 hommes, il lui a fallu au bas mot 25 heures, en consacrant 30 secondes à chaque catéchumène.

© JM Bassetti 25/12/2012 Tous droits réservés

© Amor-Fati 25 décembre 2012 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 25 décembre 2012 par Amor-Fati dans la catégorie "Fiction", "Histoire réécrite", "Uchronie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *