1 octobre 2012

Rouen perd son héros

L’avez-vous entendu ce matin aux infos ?
Il est mort, refroidi, c’est fini pour Pierrot
Il nous a fait frémir avec sa Pulchérie,
Son Othon, son Médée ou son traitre trahi.

Les gens parlaient de lui ce matin au marché
Tout le monde le pleurait, c’était un défilé
Devant son domicile, devant la porte close
Où derrière le grand dais son grand corps se repose

Rodrigue est orphelin, Cinna est à la peine,
Le monde se dissout dans le coeur de Chimène,
Dom Diègue et Dom Gormas se retrouvent sans auteur
Rouen perd son héros, l’Académie le pleure.

Les deux Jean sont venus lui rendre un bel hommage
Il est vrai qu’eux aussi seront bientôt à l’âge
Où la carte d’argent prend une teinte vermeille
Ils voient leur propre mort dans les yeux de Corneille.

(1er octobre 1684, mort de Pierre Corneille. Les deux Jean sont La Fontaine et Racine, amis du tragédien et académiciens, tout comme lui.)

Catégorie : Hommage | Commenter
24 septembre 2012

Pépin est mort

J’arrive chez mon meilleur pote.
Je le trouve en larmes.

Je lui dis « Ca va pas ?
Il me dit Non, j’ai des problèmes.
Je lui dis Pas graves au moins.

Il me dit si, un décès chez ma mère.
Je lui dis Merde, ça c’est con.
Il me dit oui.
Je le regarde,
Il me regarde,
Je le regarde,
Il tourne la tête,
Il fond en larmes.
Le con.
Je l’attrape par l’épaule, je lui tape dans le dos, je le console.
Je lui dis Qui c’est qu’est mort ?
Il me dit Pépin.
Je lui dis Comment ça Pépin ?
Il me dit Pépin, c’est le hamster de ma mère. Enfin, plutôt celui du copain de ma mère.
Je lui dis un hamster ? Et c’est pour ça que tu pleures ?
Il me dit Oui, mais c’est plus nerveux que sincère. Il était con, il était vieux, mais je l’aimais bien.
Je lui dis Qui ça ? Le copain de ta mère ?
Il me dit Mais non, t’es con, pas le copain de ma mère, son hamster.
Je luis dis, Mais le pépin de ta mère, il va bien au moins?
Il me dit, arrête tes conneries, on peut pas être sérieux avec toi.
Je luis dis, peut-être, mais en attendant, quand je suis arrivé, tu pleurais, et là, tu ris…
– T’es con…

Bref, Pépin est mort…

(24 septembre 768, mort de Pépin le Bref, roi des Francs et père de Charlemagne, quand même, excusez du peu…)

C’est quand même rigolo que Pépin le bref ‘c’est à dire le petit, soit le père de Charlemagne, c’est à dire Le Grand…

Catégorie : Fiction, Hommage | Commenter
15 septembre 2012

80 minutes debout

– « Tu rentres à quelle heure ce soir , Monique ?
Car sa mère l’appelait toujours Monique.
Malgré son pseudo nationalement et internationalement connu et reconnu, elle était restée Monique.
Monique posa sa tasse de thé sur la table, regarda en l’air, ayant l’air de fixer on ne sait quoi, se tourna enfin vers sa mère et dit:

– Je ne sais pas. Après la représentation, nous irons manger avec les musiciens, je pense. Mais vous savez, tout le monde sera fatigué, on ne tardera pas.
– Tu sais que je suis fatiguée.
– Oui, je sais, je vous ferai appeler un taxi dès ma sortie de scène. Comptez être rentrée à Rémusat vers 22.30 ou 23 heures, guère plus.
– J’y compte bien, car je n’ai plus l’âge de tarder jusqu’à minuit. »(Esther Serf à sa fille Monique, dite Barbara.
Le 15 septembre 1965, c’était la première de Barbara à Bobino.
Le public lui fit une ovation qui dura une heure et vingt minutes, debout dans la salle.
C’est à la suite de cette représentation qu’elle écrivit « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous. »)Esther allait se coucher bien tard ce soir-là…