mai 23

C’était donc là.

J’ai un peu tardé. L’inspiration ne m’est venue que tôt ce matin, après une longue nuit de réflexion. Leiloona va donc avoir un texte de plus sur son atelier de Brica-books.. Mais l’ambiance n’est pas à la rigolade !!
Bonne lecture.

chaise

Merci de me montrer cette photo Monsieur le Commissaire.
Elle me permet de visualiser l’horreur, si j’ose dire.
C’était donc là.
Là que j’ai été retenue vingt-et-un jour et vingt-et-une nuits dans un noir absolu, attachée sur une chaise de bois dans un coin de la pièce, je ne saurais même pas dire lequel.
Si.
Je pense que c’était de l’autre côté parce que la lumière passait légèrement par ce qui est visiblement un Vélux.
Il venait deux fois par jour pour me nourrir et m’emmener aux toilettes.
Toujours liée, toujours avec le bandeau sur les yeux.
Je reconnaissais son pas, d’abord dans l’escalier, puis sur le plancher de bois.
Je ne sais toujours pas qui il est ni à quoi il ressemble.
Il manque cependant quelque chose pour que tout soit complet.
L’odeur.
Celle de la peur et de l’angoisse, celle de la nuit et du noir.
Je me contenterai de cette image pour le moment.
Je ne me sens pas prête à vous y accompagner.
Bientôt.
Quand le jour sera revenu dans ma tête.
Quand je n’aurai plus peur..

1000 caractères de trouille…

© Amor-Fati 23 mai 2016 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 23 mai 2016 par Amor-Fati dans la catégorie "1000", "Atelier d'écriture

2 COMMENTS :

  1. By Benedicte D. on

    Waouh !!!….Je préfère les conditions de séquestrations de la mienne à la tienne…..C’est vrai que lorsque ça arrive on ne choisit pas et ton recit fait froid dans le dos….Je crois qu’il est plus proche de la vérité que le mien….C’est fort et puissant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *