mai 27

Jamais au grand jamais

celine

Je me sentais honteux de n’avoir pas suivi
Ce voyage qu’il a fait tout au bout de la nuit
Mais après avoir lu quelques phrases assassines,
Jamais au grand jamais je ne lirai Céline.

J’avais bien entendu des bruits à son sujet
Qu’il était anti-juif, auteur de maint pamphlets
Mais je n’avais pas vu, aperçu la laideur
De ses écrits haineux, de ses mots qui font peur.

C’était un grand auteur, écrivain de génie
Ont dit André Malraux et d’autres érudits.
Moi j’ai devant les yeux des phrases et des délires
Qui font monter en moi une envie de vomir.

Quand je vois Lucchini arriver sur la scène,
Jouer en un seul soir Céline et La Fontaine
Je me demande comment on peut louer ainsi
Le plus gentil des hommes et l’un des plus pourris.

Peut-être le Voyage ou bien Mort à crédit
Sont-ils de vraies merveilles, des livres bien écrits
Mais c’est le même auteur qui un jour publia
L’école des cadavres ou encore Les beaux draps.

En signe de respect pour six millions d’humains
Qui sont morts dans les camps, entre de sales mains
Je ne dépenserai pas un seul centime d’euro
Pour acheter un livre de cet immonde salaud.

Jamais encore ici je n’avais pris parti
J’avais toujours écrit des textes bien gentils
Mais en lisant ce soir ces phrases antisémites
J’ai pensé à Anne Frank, à Esther, à Judith.

Je me sentais honteux de n’avoir pas suivi
Ce voyage qu’il a fait tout au bout de la nuit
Mais après avoir lu quelques phrases assassines,
Jamais au grand jamais je ne lirai Céline.

« Pleurer, c’est le triomphe des Juifs ! Réussit admirablement ! Le monde à nous par les larmes ! 20 millions de martyrs bien entraînés c’est une force ! Les persécutés surgissent, hâves, blêmis, de la nuit des temps, des siècles de torture. » (4 septembre 1941)

« Les juifs, racialement, sont des monstres, des hybrides, des loupés tiraillés qui doivent disparaître. […] Dans l’élevage humain, ce ne sont, tout bluff à part, que bâtards gangréneux, ravageurs, pourrisseurs. Le juif n’a jamais été persécuté par les aryens. Il s’est persécuté lui-même. Il est le damné des tiraillements de sa viande d’hybride » (L’école des cadavres 1938)

« Je me sens très ami d’Hitler, très ami de tous les Allemands, je trouve que ce sont des frères, qu’ils ont bien raison d’être racistes. Ça me ferait énormément de peine si jamais ils étaient battus. Je trouve que nos vrais ennemis c’est les Juifs et les francs-maçons. Que la guerre c’est la guerre des Juifs et des francs-maçons, que c’est pas du tout la nôtre. Que c’est un crime qu’on nous oblige à porter les armes contre des personnes de notre race, qui nous demandent rien, que c’est juste pour faire plaisir aux détrousseurs du ghetto. Que c’est la dégringolade au dernier cran de la dégueulasserie » (L’école des cadavres 1938)

(Louis Ferdinand Destouches, dit Céline est né le 27 mai 1894 à Courbevoie et mort le 1er Juillet 1961 à Meudon.)

© JM Bassetti 27 mai 2013. Tous droits réservés.

© Amor-Fati 27 mai 2013 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 27 mai 2013 par Amor-Fati dans la catégorie "Poème

3 COMMENTS :

  1. By Loïc on

    Je ne sais pas si je lirai un jour Céline qui est, paraît-il, un des plus grands écrivains du 20ème siècle mais, comme pour toi, savoir ce qu’il était m’a toujours servi de repoussoir. Après tout, il y a tant de choses à faire, à voir et à lire que l’on peut bien passer à côté d’un « génie » quand celui-ci est « mauvais ». Bon, il faudrait peut-être que j’aille me coucher maintenant et entamer mon court voyage au bout de la nuit. Bonne semaine.

    Répondre
  2. By GILLOT on

    Comme beaucoup, j’ai essayé de lire Céline vanté par nombre d’intellectuels qu’ils soient de droite, de gauche ou de nulle part.

    J’ai vite arrêté la lecture, incapable de la poursuivre tant elle me mettait mal à l’aise.
    Bien-sûr, il faut reconnaître l’émergence d’un style d’écriture bien rythmée et sonore.
    Mais comment ont–ils pu encenser cet homme , vecteur de la haine ?
    Effet de mode assez fréquent dans l’intelligentsia parisienne ?

    Bravo pour le fond et pour la forme.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *