mars 28

Juste cinq minutes

chagallMarc Chagall se promène un soir dans les rues de Paris. Tranquille, après avoir peint toute une journée, il déambule, flânant, regardant les vitrines. Les rues sont calmes dans ce petit quartier qu’il visite. Les peintres ne sont pas des gens que l’on aborde dans la rue. On connait leurs dessins, leurs peintures, mais rarement leur tête. C’est pourquoi il est assez tranquille ce soir de février et ne cherche pas à dissimuler son visage.

Au détour d’une rue, pourtant, la réalité va lui donner tort.

Alors qu’il s’apprête à tourner le coin d’une impasse empruntée par erreur, il croise une dame. La cinquantaine bien tassée, emmitouflée dans un gros manteau d’hiver, écharpe, gants, et un immense chapeau improbable sur la tête. Elle s’arrête juste en face du peintre.

« Maître, maître, lui dit-elle, j’espère que je ne vous importune pas, je suis tellement raviiiiiie de vous croiser ce soir.

Chagall est agacé. Lui qui pensait pouvoir se promener tranquille est abordée par une bourgeoise en quête de discussion, lui qui n’a pas le cœur à la causette ce soir.

– Maître, Maître, continue-t-elle, jamais je ne pensais avoir l’honneur de vous croiser, j’aime tellement ce que vous faites.

– Je vous remercie Madame, répond Chagall avec son fort accent slave.

– Je n’ai pas les moyens de m’offrir une de vos toiles, mais j’aimerais tellement posséder quelque chose de vous. Accepteriez-vous de me dessiner quelque chose que je puisse ramener chez moi, ce serait tellement aimable de votre part.

– Ici à un coin de rue, c’est peu commode, Madame.

La dame lui montre un rebord de fenêtre.

– Là, ici, dit-elle. Auriez vous la gentillesse de me dessiner, je ne sais pas moi… un renard, comme vous les avez si bien dessinés dans vos illustrations de La Fontaine.

Chagall se sent coincé. Il aura du mal à refuser à cette dame. La bourgeoise fouille fébrilement dans son sac à main gigantesque et en extrait un petit carnet. Elle le tend à l’artiste.

– Ici, ce sera très bien. Oh, je suis tellement émue, Maître…

Ne pouvant se soustraire à la demande de cette « fan », le peintre s’exécute, et en moins de cinq minutes, sous le regard attentif de la cliente, dessine un renard, pattes en l’air, comme appuyé à un arbre invisible.

Une fois le dessin terminé, il le tend à la dame.

– Voilà, lui dit-il. Le renard que vous avez demandé. Et je vous l’ai signé.

Et Chagall tend à la parisienne le dessin de son renard.

– C’est trop d’honneur, Maître, je ne sais comment vous remercier

– C’est simple, lui répond Chagall, c’est six mille francs.

La dame en lâche son dessin qui tombe sur le sol tel une feuille morte balancée par le vent.

– Six mille francs, pour ce petit dessin fait sur un coin de rue ?

– Oui, Madame, lui répond l’artiste, c’est six mille francs.

La dame au chapeau n’en revient pas, réfléchit et lâche un argument qu’elle croit imparable.

– Six mille francs pour un petit dessin que vous avez mis à peine cinq minutes à exécuter ?

– J’ai peut-être mis cinq minutes pour le dessiner, répond l’artiste, vous avez raison Madame, mais j’ai mis cinquante  ans pour y arriver.»

 

(On attribue cette anecdote à Marc Chagall, mais également à Pierre Renoir. Marc Chagall, peintre, sculpteur, poète est mort le 28 mars 1985 à Saint Paul de Vence.)

© JM Bassetti 28 mars 2013. Tous droits réservés.

© Amor-Fati 28 mars 2013 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 28 mars 2013 par Amor-Fati dans la catégorie "Histoire réécrite", "Hommage

1 COMMENTS :

  1. By Loïc on

    Je la connaissais avec Picasso : « Une femme approche Picasso dans un parc, et lui demande s’il veut bien lui dessiner un portrait.
    Picasso accepte, et griffonne cinq minutes sur son carnet.
    Lorsqu’il lui tend le croquis, la femme lui demande combien elle lui doit.
    Picasso répond : “5000$”.
    La femme, choquée, lui crie : “Mais ça vous a pris cinq minutes !”
    Ce à quoi Picasso répond : “Non, Madame, ça m’a pris toute ma vie”.
    Pour Picasso, il y a aussi celle-ci : http://www.linternaute.com/humour/betisier/selection/anecdotes-droles/3.shtml

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *