novembre 11

L’inconnu du 11-11

Madame, Monsieur,

J’ai l’honneur de vous faire savoir que votre fils, Augustin Joseph Louis Victorin TREBUCHON, né le 30 mai 1878 à Malzieu Forain, département de la Lozère, soldat de première classe et agent de liaison à la 9e compagnie du 3e bataillon au 415e Régiment d’Infanterie est tombé au champ d’honneur le 11 Novembre 1918 à 10h45.

Son corps a été découvert sur la colline surplombant Vrigne-Meuse (Ardennes) à 10 h 50 par le soldat Octave Delaluque, agent de liaison et clairon au 415° RI. Ce soldat, sur ordre de son capitaine, était allé chercher son instrument afin de faire savoir à l’ensemble du régiment que les combats étaient suspendus et l’armistice signé.

Votre fils,  Augustin Joseph Louis Victorin TREBUCHON est considéré à mes yeux, et aux yeux de  l’armée française comme le dernier soldat mort au feu pendant le conflit qui vient de s’achever.

Aussi, en accord avec Monsieur le Président de la République, j’ai décidé que le soldat Augustin TREBUCHON serait, devant l’humanité toute entière, le représentant de tous les militaires morts au combat pour la liberté et la délivrance de leur Patrie.

Son dépouille sera inhumée, à une date qui n’est pas encore connue, sous l’Arc de Triomphe de l’Etoile à Paris où les honneurs lui seront rendus aussi souvent que le souvenir l’exigera.

Le soldat TREBUCHON restera dans les mémoires de l’armée et dans celles de tous les français l’image du courage, de l’abnégation, de l’obéissance et de l’amour de la patrie.

La France vous regarde avec respect et envie l’honneur qui est le vôtre d’être les parents d’un soldat aussi exemplaire que le soldat TREBUCHON.

 

Signé : Ferdinand FOCH, Maréchal de France.

 

(Ceci est une double uchronie, non seulement parce qu’elle propose une identité au soldat inconnu, mais aussi parce qu’elle considère « officiellement » Trébuchon comme le dernier soldat mort au combat. Ce qui est certainement le cas. Cependant, l’armée française n’a reconnu aucun tué pour la journée du 11 novembre, jour de l’armistice. Augustin Trébuchon et ses camarades du 415° RI sont enregistrés comme morts au combat le 10 novembre.)


The Last Casualty

© Amor-Fati 11 novembre 2012 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 11 novembre 2012 par Amor-Fati dans la catégorie "Fiction", "Uchronie

3 COMMENTS :

  1. By Jean-Emile Andreux on

    Quand la réalité dépasse la fiction. D’après mes recherches, Augustin Trébuchon abattu le 11 novembre à 10h50 sur les hauteurs de l’Epine à Vrigne-Meuse, ne serait pas le dernier mort au front de Meuse.
    Mais selon le Journal des Marches et Opérations du Service de santé du 415e R.I., le dernier poilu aurait été la victime d ‘un obus allemand tombé à 11h05 près du Poste de Secours principal, à Dom-le-Mesnil…

    Répondre
    1. By JMB on

      Vous avez peut-être raison. Toujours est-il que les recherches que j’ai pu faire me mènent toutes vers M. Trébuchon. J’ai également trouvé une vidéo d’un reportage montrant sa nièce. Allez, s’il n’est pas le dernier, peut-être est-il l’avant-dernier ??

      Répondre
  2. By jmb (Auteur) on

    Je viens en effet de lire le long article de Marianne qui évoque le nom de Jules Achille. J’avoue que cet article est sûrement plus documenté que le mien, petit écrivain qui remet un peu l’histoire à ma sauce. Maintenant, que ce soir l’un ou l’autre, cala ne change rien à mon histoire. Simplement, il y a encore cinq ou six ans de celà, nous avions étudié Trébuchon avec mes élèves de CM2 au moment de l’armistice et c’est son nom qui était resté dans ma mémoire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *