février 13

Mademoiselle

chambre

Nous nous sommes arrivés à l’hôtel Jazz Méditerranée. Mademoiselle était à mon bras. J’aimais l’appeler Mademoiselle. Ca la faisait rire.

L’air était doux. Le matin silencieux et reposant. Comme le fou de la reine toujours fidèle à sa maîtresse, j’étais bien avec elle. Juste avec elle. Le moment semblait propice aux douceurs et aux mots tendres. Je souhaitais prolonger cet instant.

Il fait dimanche aujourd’hui, lui ai-je dit. Viens. Si tu le veux, je t’emmène dans ma vie. Je t’emmène pour la vie. Pas juste pour un tour de manège. Un véritable voyage, tous les deux. Pour ce qu’il nous reste à vivre.

Elle a pris ma main, et m’a conduit à la fenêtre. Nous avions une chambre avec vue sur le jardin d’hiver.

Aime-moi, m’a-t-elle répondu, le regard perdu dans les fleurs du jardin. Aime moi juste comme tu sais le faire. Aime-moi comme tu l’as toujours fait depuis si longtemps. Ta présence me fortifie. Tu es le vagabond de ma vie. Le vagabond qui m’a accompagnée depuis tant d’années.

J’ai serré sa main dans la mienne.

–  J’ai vu tant de choses avec toi. De la Muraille de Chine à la barrière de corail. De Syracuse à Los Angeles. De Londres le matin à Hong-Kong la nuit. Maintenant, j’ai soif de plaisirs simples. Être avec toi.  Manger sur la terrasse, lire au coin du feu, boire un bon vin à petites lampées, me promener avec ta main dans la mienne, faire des ronds dans l’eau en lançant des cailloux triés avec soin.

Elle réfléchit un instant, semblant choisir les mots les plus justes . Et puis elle se lança.

Je sais que tu sais que je t’aime, murmura-t-elle. Je ne sais pas le dire. Je n’ai jamais su. Les mots ne sont pas mes amis.  Ne l’ont jamais été. Mais je sais que tu sais. Les mots sont inutiles.

Elle avait raison. Après tant d’années, les mots étaient devenus désuets. Nos regards suffisaient.

Nous sommes descendus sur le port, Mademoiselle et moi, et ensemble, nous avons commencé ce voyage, ce joli voyage qui nous mènerait tous deux jusqu’au bout de l’horizon.

(Les mots et expressions en orange sont les titres de l’album « Chambre avec vue »,  enregistré en 2000 par Henri Salvador. Henri Salvador est décédé le 13 février 2008 à Paris.)

© Amor-Fati 13 février 2013 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 13 février 2013 par Amor-Fati dans la catégorie "Fiction", "Hommage

1 COMMENTS :

  1. By Mary on

    EXCELLENT, vous avez un talent extraordinaire !!!

    J’adore cette si belle histoire !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *