décembre 22

Millie-Christine et Macombo ont le plaisir de….

fairepart

Millie-Christine ne comprend rien. Pourquoi a-t-elle grossi ainsi ces derniers temps ? Elle a pourtant fait attention à tout. Elle n’a pas mangé de viande depuis des mois, de toutes façons, elle n’aime pas vraiment ça. Elle a choisi avec soin les fruits et les légumes pour son alimentation quotidienne, les a mangé crus, cuits, alternativement. Les féculents aussi ont été réduits, car depuis quelque temps, elle ne sait pas pourquoi, ça lui reste sur l’estomac.

Alors pourquoi cet embonpoint soudain qui la gêne au point qu’elle a du mal à marcher ?

Macombo, son mari est très attentif. C’est lui qui fait les courses car il a remarqué que Millie-Christine était fatiguée. Il va chercher de l’eau, s’occupe de tout dans la demeure conjugale. Millie-Christine n’a qu’à s’assoir, se laisser servir  et se reposer.

Il fait beau dans l’Ohio, mais pas aussi beau que dans leur Afrique natale. Ils y pensent encore souvent. Ils revoient les paysages africains  qu’ils connaissent bien. Ils regrettent Christopher, le petit frère de Macombo dont ils n’ont pas de nouvelles depuis plus de cinq ans. Eux deux, ça fait tout juste six années aujourd’hui qu’ils sont arrivés à Columbus. Six ans jour pour jour. Et le temps a passé vite.

Leur couple s’est raffermi dans leur nouveau pays. Macombo, qui avait tendance à être volage dans sa jeunesse, a bien compris ce que le mariage signifie et il est maintenant d’une fidélité à toute épreuve. Chaque nuit que Dieu fait, il dort auprès de son épouse, l’entourant quotidiennement de toute la tendresse dont il est capable.

Les choses semblent se précipiter. Bien qu’assise confortablement, Millie-Christine sent des choses bouger dans son ventre. Elle est inquiète. Macombo a saisi que quelque chose d’anormal se déroulait. Il est proche de sa femme, mais il ne sait pas trop quoi faire. Il se frotte à elle, l’embrasse, pose ses mains sur le ventre gonflé. Il réfléchit. Ont-ils mangé quelque chose de mauvais ces derniers jours ? Non, il n’en a pas le souvenir. Et puis, lui aurait été malade aussi. Or, il a conservé son ventre plat de jeunesse, n’a pas pris un gramme, et son caractère n’a pas changé. Il est d’humeur constante, alors que Millie-Christine a parfois des accès de colère ou d’agacement qui lui sont inhabituels.

Macombo voit soudain sa femme s’allonger et poser ses mais sur son ventre distendu. Que va-t-il se passer ? Il est complètement dépassé. Le docteur Thomas est venu hier et il n’a rien dit d’alarmant. Il n’avait pas l’air particulièrement inquiet. Il a ausculté Millie-Christine et est reparti avec un joli sourire.

Millie-Christine n’a pas dormi de la nuit. Comme elle se sentait mal en point, elle s’est couché de bonne heure et a tenté d’oublier la douleur dans le sommeil. Mais celui-ci n’est pas venu.

Et vers cinq heures, la douleur a repris, plus vive, plus forte. Millie a l’impression qu’on lui donne de gros coups de poing de l’intérieur d’elle-même. Sa couche est souillée, elle saigne. Rien de semblable ne lui est jamais arrivé. Ce saignement a-t-il quelque chose à voir avec cette douleur ?

Après une heure de douleur, il lui vient une folle envie de pousser, d’expulser ce qui la dérange. Macombo est à ses côtés. Il lui tient la main, lui caresse le front, l’encourage autant qu’il le peut.

Millie-Christine fait ce que tout être féminin fait en pareille occasion : elle pousse… Fort, fort. Une fois, deux fois, trois, quatre cinq. Sa respiration est difficile, elle transpire. Et elle sent entre ses jambes une petite chose qui ne demande qu’à venir.

Millie pousse une dernière fois. La petite chose est là. Millie s’écarte et prend la petite chose dans ses mains. Elle a compris, c’est un petit. Un petit bébé né de son amour avec Macombo. Personne ne lui avait expliqué. Comment ce bébé est-il arrivé là ? En tout cas, comme toute nouvelle maman, elle fait la toilette de son enfant et le porte à son sein. C’est étonnant comme les choses intuitives, innées, se font naturellement.

Vers 6h30, le docteur Warren Thomas arrive. Il s’approche de la demeure de Millie et Macombo et aperçoit le bébé. Il était prévu pour le 8 janvier…. Comment se fait-il ? Elle a accouché toute seule alors…

Il se saisit de l’enfant, le porte à la pouponnière où son équipe va s’en occuper. Il avertit immédiatement le directeur du zoo. Ca ne peut pas attendre. C’est la première fois, la première fois au monde qu’un gorille nait en captivité.

(Le 22 décembre 1956, au zoo de Columbus, dans l’Ohio, nait Colo, de sexe féminin, premier gorille né en captivité. Il a pris tout le monde de court, étant arrivé avec trois semaines d’avance. Aujourd’hui, Colo est toujours vivante, elle est matriarche d’une lignée de cinq générations de gorilles. A 56 ans, Colo est certainement le plus vieux gorille du monde.)

© JM Bassetti 22/12/2012 Tous droits réservés

© Amor-Fati 22 décembre 2012 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 22 décembre 2012 par Amor-Fati dans la catégorie "Fiction", "Histoire réécrite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *