mai 21

Nathan est un ange

Des livres, des cahiers, des publications. Peut-être même des articles culturels; Voici ce que montre la photo de cette semaine.

Allez vite découvrir ce que j’en ai fait… Bonne lecture. Et n’oubliez pas mes amis de l’atelier !!! Ils ont bien bossé aussi…


Un par un, ils avançaient et déposaient dans la machine les livres et brochures qu’ils avaient apportés avant d’entrer dans le studio. Elle tournait dans le sens des aiguilles d’une montre et réduisait en poudre toute trace de culture.

En attendant son tour, Nathan jeta un dernier coup d’œil à sa convocation :

« Apportez avec vous les livres, les articles, les journaux, et autres publications culturelles. Vous n’en aurez nul besoin.  Nous nous chargerons de les détruire devant vous.

« Oubliez tout ce que vous savez : orthographe, grammaire, histoire, géographie, sciences, sens pratique, logique. Tout sera inutile.

« Imprégnez vous de populisme, de grossièretés, de blagues et attitudes bien salaces. Un vocabulaire diversifié d’insultes, de gros mots sera apprécié et fera de vous quelqu’un de respecté.

« Vérifiez vos tatouages. Ils doivent être bien visibles : jambes, mollets, dos, épaules ; bras, poitrine, rien ne doit être épargné. Les piercings, boucles d’oreille, de nombril, de téton ne sont cependant pas obligatoires.  Poitrines hyper-gonflées et postérieurs rebondis pour les filles, muscles saillants et torses sans l’ombre d’un poil pour les gars sont par contre obligatoires. Aucune dérogation ne sera accordée.

« L’air con et les attitudes niaises sont de bon ton. Ne pas les négliger.

« L’agressivité, la mauvaise foi, la violence verbale sont des atouts nécessaires pour vivre correctement dans ce nouvel espace qui sera le vôtre pour les trois mois à venir. »

C’est bon, j’ai tout, pensa Nathan en caressant des yeux le tatouage d’araignée dans le cou dessiné à la dernière minute. Le huit autres n’étaient pas suffisants.

Soudain, il sentit un frôlement derrière lui. Quelqu’un l’avait touché. Avait posé la main sur son épaule. Vivement, Nathan se retourna :

« Hé dis donc, tu m’as touché, fils de p… non mais dis donc, va te faire enc…. par ta mère qui s… des b… tout la journée. T’as pas à me toucher, le prochain qui me touche, j’y fous un pain de ouf dans sa g… de gros co….d. Quoi ? Tu l’as pas fait exprès ? Mais je m’en bats les c… espèce de …. »

Au bout de trois minutes, Nathan s’arrêta. Il était content de lui, il avait été à la hauteur de l’offense qui lui avait été faite. Et puis, il s’était montré. Il ne s’était pas laissé faire. Il serait sûrement respecté maintenant.

Nathan lança dans la machine les livres et journaux qu’il avait apportés -il n’y en avait pas très lourd – et franchit la tête haute la porte du studio. Les fameuses grandes ailes blanches vues et revues mille fois à la télévision étaient dessinées sur le mur face à la porte.

Les Anges de la Téléréalité. Il y était. Enfin. Depuis des années qu’il en rêvait !!!

© Amor-Fati 21 mai 2018 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 21 mai 2018 par Amor-Fati dans la catégorie "Atelier d'écriture

10 COMMENTS :

  1. By Jos plume on

    Bon sang, je ne connais l’émission que de nom et n’en ai vu que quelques bandes annonces, mais ton texte va au-delà de l’avis que j’ai pu m’en faire. Rassures-moi : tu as forcé le trait hein ?! Ceci dit, elle a l’avantage de t’avoir inspiré ce texte bien construit et judicieux …jusqu’au prénom de ton personnage !

    Répondre
  2. By Leiloona on

    Arghh … oui, oublie ton cerveau, et regarde cette émission. Le problème est que ce type de programme est archi regardé par nos ados. Du coup, ce n’est pas une dystopie, et ça fait encore plus c***. (pour rester dans le mood du texte.)

    Répondre
  3. By Albertine on

    Un texte coup de poing ! Il montre tellement bien les travers de notre époque et l’exemple donné à tant d’adolescents par ces émissions-poubelles.

    Répondre
  4. By Valou on

    Au début j’ai pensé à une récente lecture, 1984 de George Orwell, puis je me suis dit que nous n’étions pas si loin de ce monde, le destructeur de livres en moins (tout du moins j’ose l’espérer !)… et ta conclusion m’a fait sourire, c’est tout à fait ça !:

    Répondre
  5. By pierre F. on

    Un exemple éloquent et un peu par l’absurde, démontrant qu’il faut continuer à lire pour nourrir son esprit.

    Répondre
  6. By Vénusia on

    Le début du texte aurait pu constituer une bonne entrée en matière pour de la SF… Mais Il a pris une autre voie. C’est une caricature… Enfin j’éspère…. (je ne prends pas le temps de regarder la télévision alors je comprends Blandine)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *