octobre 28

Question de bon sens.

Le 7 octobre dernier, lors du salon du livre de Carentan (50), Jean-Noël Noury, l’organisateur, a proposé un petit challenge aux auteurs présents (et volontaires)  : écrire une courte histoire sur un thème proposé. Et ce thème était : Le bon sens.
Les copies devaient être rendues à la fin du salon. Jean-Noël s’engageait à les taper et à nous les renvoyer pour correction. Ce qu’il a fait. Merci à lui.
Je vous livre ma petite histoire. Je ne suis pas vraiment certain, à la relecture, qu’elle corresponde bien au thème. A vous d’en juger et de me le dire dans vos commentaires.


Le corps de la femme était allongé sur la route. Elle devait avoir une petite quarantaine d’années. Élégante, court vêtue, elle se tenait la jambe gauche qui saignait abondamment au genou et à la cheville. Un passant avait utilisé son écharpe pour faire un garrot de fortune et lui pansait la plaie avec son mouchoir. Près d’elle, un homme et une jeune fille se penchaient et lui parlaient.
Lui, grand, la cinquantaine grisonnante, les mains dans le dos, arborait un air sûr de lui, un peu hautain, un rien méprisant. Il se penchait sur la victime, mais n’osait pas trop s’approcher, surtout ne pas la toucher…
La jeune fille qui était près de lui devait avoir quinze ou seize ans. Elle n’avait visiblement pas fini sa croissance. Sortie de l’enfance depuis peu, elle portait un appareil dentaire qui lui déformait le sourire. Cachée derrière son père, elle reniflait, pleurait et se mouchait dans un petit mouchoir à fleurs.
– Arrête de pleurer comme ça ! Arrête, je te dis. Mouche-toi et tiens-toi tranquille ! grogna le père, visiblement agacé.
– Mais papa…
– Tais-toi, je te dis !
La voiture de police s’arrêta sur la place, à quelques mètres du petit groupe qui s’était formé autour de l’accident.
– Laissez passer, ordonna sèchement le brigadier Lambert, en écartant d’une main les badauds qui se pressaient.
Il se pencha sur la victime.
– L’ambulance va arriver, Madame. Je vais prendre vos coordonnées. Pourriez-vous me donner vos papiers s’il vous plait ?
La dame fouilla dans son sac et sortit une carte d’identité en bonne et due forme. Elle la tendit au policier.
– Merci dit-il. Je vais noter tout ça. Je vous la rendrai tout à l’heure. Bon, dites-moi…Racontez-moi comment ça s’est passé ?
– J’avoue, commença-t-elle, j’ai traversé en dehors du passage protégé. Et je regardais mon téléphone. Je venais de recevoir un message de mon mari. Je n’étais pas très attentive, c’est vrai…
– Ah Ah, grommela le policier. Vous aviez le nez baissé. Vous n’avez donc pas vu…
– Rien-Rien. Je n’ai rien vu. Lorsque j’ai levé la tête, la voiture était déjà sur moi.
Près d’elle, l’homme en costume commençait à s’agiter. Il voulut prendre la parole.
– Une minute lui dit sèchement Lambert, je finis d’entendre Madame.
Résigné, l’homme se tut. Près de lui, sa fille pleurait toujours.
– Continuez, madame, je vous en prie.
– J’ai entendu un coup de frein, et je me suis retrouvée ici, sur le sol, avec une jambe douloureuse. Ca a été vraiment très vite ! Les deux occupants de la voiture sont immédiatement venus me voir. Et vous êtes arrivé !
– Qui conduisait ? demanda Lambert.
Le quinquagénaire répondit aussitôt.
– Moi évidemment ! Qui voulez-vous ?
– Je ne sais pas, Monsieur, mais je me dois de poser la question. Madame, ajouta-t-il, en se penchant vers la victime. Qui conduisait la voiture qui vous a renversée ?
– Aucune idée, répartit-elle. J’ai juste vu la voiture arriver, puis le choc, puis ces deux personnes près de moi.
– Je vous remercie, madame, l’ambulance est en route, vous allez être prise en charge tout de suite.
– Puis-je appeler mon mari ? demanda-t-elle.
– Je vous en prie, évidemment !
Lambert se tourna vers l’homme.
– A nous, dit-il. Expliquez-moi…
L’homme, trop content de parler enfin, s’adressa au policier.
– Je roulais prudemment, commença-t-il, bien à droite et à vitesse raisonnable lorsque cette femme s’est littéralement jetée sous ma voiture.
Autour d’eux, d’autres policiers balisaient l’accident : bombes de couleur, décamètre, ouvraient et refermaient la voiture.
– C’est donc vous la victime, ironisa le policier !
– Peut-être pas, reconnu l’homme, c’est vrai je l’ai renversée, mais je n’ai pas pu l’éviter !
Un jeune policier stagiaire s’approcha alors du brigadier et lui glissa quelques mots à l’oreille.
– Tu es sûr, chuchota Lambert ? Ok, je m’en occupe. Prends ton téléphone et filme la manœuvre.
Lambert se tourna vers l’homme.
– Mon collègue demande si vous pouvez retirer votre véhicule, s’il vous plait. Elle gêne la circulation et nous voulons éviter le sur-accident. Mettez-la le long du trottoir, je vais vous guider.
– Bien sûr, tout de suite, répondit le quinquagénaire en sortant la clef de sa poche.
D’un pas alerte, il se dirigea vers la voiture, ouvrit la porte, recula le siège, s’assit et introduisit la clef dans le Neimann. La voiture démarra du premier coup Malgré les bosses à l’avant, le moteur fonctionnait parfaitement. En deux manœuvres efficaces, il gara la voiture à l’endroit désigné par le policier.
– C’est bon, c’est dans la boite, déclara le jeune stagiaire en montrant son téléphone.
Lambert ouvrit la porte de la voiture.
– Une nouvelle fois, Monsieur, demanda-t-il, qui conduisait le véhicule ?
– Mais moi, enfin, je vous l’ai déjà dit.
– Non, monsieur, ce n’est pas vous qui conduisiez.
– Comment ça pas moi ? Et qui voulez-vous que ce soit ? Ma fille peut-être ?
– Et pourquoi pas ? avança le policier.
– Mais vous l’avez vue ? Elle n’a pas seize ans. Elle n’a évidemment pas son permis.
– Non, répondit le brigadier, pourtant c’est elle qui conduisait, j’en suis sûr ! certain !
– Pouvez-vous m’expliquer ? Il n’y a pas de témoins et madame n’a rien vu, dit-il en la voiture.
– Pas besoin de témoin, reprit le policier. Vous venez de reculer le siège.
– Forcément, reprit l’homme. Mes jambes ne passaient pas sous le v…
Il s’interrompit.
– Sous le volant… dit le policier. Par contre, celles de votre fille oui !
Le visage de l’homme s’assombrit. Sa belle assurance disparut d’un seul coup. Mais il ne se laissa pas gagner par la défaite
– Vous n’avez pas de preuve. C’est ma parole contre la vôtre !
– Je suis assermenté, monsieur, mais comme j’ai pensé que ça ne suffirait pas, j’ai demandé à mon jeune collègue de filmer votre entrée dans le véhicule.
– OK ! D’accord. C’est elle qui conduisait. Je la fais conduire de temps en temps sur de courtes distances sans risques. Je ne pensais pas que vous le devineriez. Vous devez avoir l’habitude de ce genre d’incident !
– L’habitude, non. Pas vraiment. Moi j’ai de l’expérience, mais mon jeune collègue a du bon sens. Dès qu’il a ouvert la porte de votre véhicule, il a vu le siège rapproché et il a tout de suite fait… le rapprochement ! Expérience ? Non. Attention…Bon sens …

© Amor-Fati 28 octobre 2017 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2017. All rights reserved.

Ecrit 28 octobre 2017 par Amor-Fati dans la catégorie "Atelier d'écriture", "Au fil des jours

3 COMMENTS :

  1. By Le Dû Loïc on

    Ah si, c’est bien dans le thème il me semble. Et, pour une fois, tous les lecteurs qui en ont un peu aussi, du bon sens, auront deviné dès la proposition  » recula le siège  » ce qui adviendrait par la suite. Ce qui n’enlève rien au charme de cette courte nouvelle. Bon week-end.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *