avril 18

Reconversion difficile

ipaginationAtelier d’écriture sur le site Ipagination.

Sujet: À l’occasion de la journée internationale du livre et du droit d’auteur du 23 avril 2014, nous vous proposons le sujet suivant :

« Ah, le livre, merveilleux objet que l’on découvre et redécouvre au fil du temps ! Il nous emprisonne dans les méandres de ses histoires, ses drôles de convenances.
Et si vous vous preniez pour un héros mythique de ces belles aventures ?

Soyez un Julien Sorel, une Anna Karénine, un Quasimodo, une Hermione Granger, un Etienne Lantier, une Madame Bovary, un D’artagnan ou pourquoi pas… une Scarlett O’Hara.
Faites revivre ces personnages dans une aventure d’aujourd’hui en gardant leur principale caractéristique telle que l’a définie l’auteur d’origine.
En 1500 mots maximum, refaites nous rêver et montrez nous vos plus beaux atouts d’auteur.

 

bourvilC’est un homme petit, maigre, blême, anguleux, osseux, chétif, qui a l’air malade et qui se porte à merveille ; sa fourberie commence là. Il sourit habituellement par précaution, et est poli à peu près avec tout le monde, même avec le clodo auquel il refuse un euro. Il a le regard d’une fouine et la mine d’un homme de lettres. Sa coquetterie consiste à boire avec les SDF. Personne n’a jamais pu le griser. Il fume toute la journée. Il porte un imper douteux, gras et sale  et sous son imper un vieux T-shirt  noir(1).
D’un lourd coup d’épaule, il pousse la porte de l’immeuble dont le digicode n’est plus depuis longtemps qu’un lointain souvenir. Les douze boutons métalliques pendent lamentablement et le haut-parleur est défoncé et hors d’usage depuis quelques mois déjà. Peut-être commencera-t-il bientôt une seconde vie dans un quelconque appareil de musique. Pour le moment, il est toujours dans son logement de plastique. Mais pour combien de temps ? Dans le hall d’entrée, vaste poubelle citadine désertée depuis longtemps par les techniciennes de surface qui refusent d’y pénétrer, les papiers de sandwiches et les boites de pizza en carton côtoient sur le sol les bouteilles de sodas et les canettes de bière. D’un geste machinal, il shoote dans un mégot de cigarette.

« Saloperie de bout doré, grommelle-t-il. Plus rien à récupérer avec les américaines. Du temps des Gauloises et des Gitanes, on en faisait une avec six. Au moins, les pauvres avaient de quoi fumer.. »

Machinalement, il ouvre la porte défoncée de sa boite aux lettres, histoire de voir si aucun virement n’est arrivé. Rien. Vide. Il en profite pour regarder dans les casiers voisins, on ne sait jamais, peut-être un des locataires de cette tour aurait-il un chèque de la sécu ou autre. Quelque chose à tirer quoi… Son voisin de palier, celui qui habite le F2 en face de l’ascenseur,  Pontfarcy, ou Pontmercy, un nom comme ça, reçoit de temps en temps des enveloppes  intéressantes. Une fois même, il y avait un billet de cent euros… Tout bénef ! Mais bon, c’est pas tous les jours Byzance non plus !

Huit, dix, douze, huit dix douze, huit, dix, douze, huit, dix douze…. Machinalement, il compte les marches des demi-étages. L’ascenseur ? Non, merci bien. Quand il n’est pas bloqué par les bandes du quartier qui y font Dieu sait quoi, on marche sur les seringues, les capotes usagées et les bouteilles de vodka. On a beau être un ancien militaire, avoir fait l’Indochine et l’Algérie, avoir côtoyé des généraux et tutoyé des colonels, on garde quand même sa dignité. Ah, l’armée, c’était le bon temps. Il n’était que sergent, mais sûr que sans lui, le bataillon n’aurait pas eu la même gueule. Courageux, il n’hésitait pas à aller au feu, et bien souvent, les balles lui avaient sifflé aux oreilles. Il avait été un bon soldat. Evidemment, le soir, dans l’ombre, avec ses copains, il détroussait un peu les cadavres, les amis comme les ennemis, mais comme il disait : « Là où ils sont, ils en ont plus besoin ! ». Une montre par-ci, un billet par-là, un portefeuille ou quelques pièces… Et puis personne ne le savait. Prescription maintenant !

Quatrième étage, porte gauche, appartement 1802. Il insère la clé dans la porte et tourne. Tiens la maison est déjà ouverte. La mère est sûrement là. Elle devait aller faire les courses en début d’après-midi et récupérer quelques bons d’achat sur les caisses. Bizarre qu’elle soit déjà rentrée.

Rapidement, il fait le tour de l’appartement. Personne à l’horizon. La chambre du fils est un bordel sans nom. Des fringues qui trainent, des slips, des chaussettes, des boites de gâteaux vides, des canettes, des bouteilles, des verres. Tiens !  Des verres. Pas étonnant qu’il n’en reste plus à la cuisine, ils sont tous là ! Le lit n’est pas fait, évidemment, mais a-t-il jamais été fait depuis des années ? Des papiers, des feuilles de cours, quelques photocopies. Sur une étagère, Zadig de Voltaire, l’Emile de Rousseau surnagent étonnement au-dessus de revues X et de magazines de motos. Voltaire, Rousseau. Est-ce qu’il les a lus au moins ? Ou empruntés ? Ou volés ?

Où peut-il bien être parti trainer cet après-midi ? En cours ? Peut-être, mais pas sûr. Depuis quelque temps, il guette le moindre mouvement social, la moindre manifestation pour aller foutre le souk parmi les allumés d’extrême droite. Lui, la politique, il s’en fout. Que ce soit la manif pour tous, les agriculteurs, les notaires ou les fonctionnaires, c’est du pareil au même… La même bonne possibilité d’aller casser des vitrines, de récupérer quelques bricoles qui trainent. Et puis, si l’occasion se présente de casser la gueule à un flic ou de faire les poches d’un bourgeois, il ne se gêne pas le petit ! Faudrait quand même pas qu’il se prenne une balle dans la peau à force de faire le con.

Sans même fermer la porte de la chambre du fils, il retourne dans le couloir et ouvre la chambre des filles. C’est pas la gloire non plus là-dedans. Un peu mieux rangé que chez leur frère. L’odeur n’est pas la même surtout. Chez lui, ça sent la clope, les chaussettes sales et la testostérone, chez elles, ça serait plutôt le dissolvant, le déodorant et le parfum à bas prix. Peut-être un peu plus chic, mais tout aussi écœurant en fait. En début d’après-midi, elles devraient être à la fac normalement. Parce qu’elles suivent des études. Oh, pas de trop près, non plus, juste suffisamment pour avoir droit au Resto U, à l’allocation logement et à la sécu. Elles rentrent tard le soir, quand elles rentrent. Jamais un mec à la maison, ça, c’est l’usage. Pas de ça sous le toit des parents. Mais il ne se fait pas d’illusion, ses filles ne sont pas des parangons de vertu. Le loup, elles l’ont déjà vu. Mais loin, pas ici.  La plus jeune fraye un peu avec le voisin, Pontmercy, mais lui, il veille au grain. Pas de ça… Ou alors, il faudra qu’il allonge le Marius. On a sa dignité, on ne donne pas sa fille à un jeune homme de bonne famille sans un petit remerciement en échange. C’est la vie. Il faut bien que tout le monde vive !!

Au fond du couloir, une toute petite pièce, avec juste une paillasse par terre. C’est « la chambre à la petite ». Personne n’y va jamais. Elle s’en débrouille. La petite, c’est une gamine que la mère et lui ont accueillie, pour faire plaisir, parce que sa mère était morte. Un bonhomme de la DDASS ou du CCAS était passé un jour et avait demandé s’ils pouvaient la prendre quelques jours, histoire de dépanner. « Ce sera combien par jour ? » avait demandé la mère. La réponse avait semblé lui convenir puisqu’elle était restée. Maintenant, elle est toujours là, elle s’occupe du ménage, de la vaisselle, fait un peu les courses. C’est elle qui remonte les packs d’eau notamment, parce que quatre étages sans ascenseur avec des pack de Cristalline, bonjour !

Décidément la maison est vide. Pourtant la télé gueule dans la salle. Personne pour la regarder, mais c’est une habitude. La télé, c’est le bruit de fond des cités, c’est un membre de la famille. Elle parle, on lui répond, on l’insulte, on se fout d’elle, et elle ne dit jamais rien. Avec elle à la maison, on a l’impression d’être moins seul. Mais il ne se fait pas d’illusion. Il sait que c’est juste une impression.

Bon allez, il va aller casser une petite graine au bistrot en bas. Rencontrer les copains. Boire un canon. Ou deux. Ou trois.  Après, il ira faire un tour au Pôle Emploi, histoire de justifier les quelques sous qu’il reçoit chaque mois. L’envie de bosser l’a quitté depuis un moment. Tiens, depuis qu’ils ont dû fermer leur auberge. Une belle auberge qu’ils avaient avec la mère. A Montfermeil, à la sortie de Clichy. Dans ce qui était avant la Seine et Oise, département rupin et qui est devenu la Seine Saint Denis, le 93, le Neuf Trois, département maudit. Expulsés ils ont été. Pour construire les barres d’immeubles et les cités ouvrières. Elle était réputée pourtant leur petite auberge. Depuis, c’est le chômage, la descente aux enfers. Les indemnités de dédommagement ont été vite dépensées. Maintenant, pour bouffer, c’est la démerde. Chacun fait comme il peut.  Il en a plein le cul, Thénardier de cette vie, de cette société où il n’a pas sa place. Pour nourrir sa famille et picoler ce dont il a besoin, il est bien obligé de faire des petits arrangements pas toujours catholiques.

Juste histoire de  vivre une vie décente. Pas une vie à deux balles. Une vie dans laquelle il traîne.
Malheureux.  Pitoyable. Détestable.

Misérable….

(1)    La description originale de Thénardier est la suivante : « Le Thénardier était un homme petit, maigre, blême, anguleux, osseux, chétif, qui avait l’air malade et qui se portait à merveille ; sa fourberie commençait là. Il souriait habituellement par précaution, et était poli à peu près avec tout le monde, même avec le mendiant auquel il refusait un liard. Il avait le regard d’une fouine et la mine d’un homme de lettres. Il ressemblait beaucoup aux portraits de l’abbé Delille. Sa coquetterie consistait à boire avec les rouliers. Personne n’avait jamais pu le griser. Il fumait dans une grosse pipe. Il portait une blouse et sous sa blouse un vieil habit noir. » (Victor Hugo, les Misérables, chapitre II)

Image tirée de http://susauvieuxmonde.canalblog.com/archives/2013/02/27/26522031.html

© Amor-Fati 18 avril 2014 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 18 avril 2014 par Amor-Fati dans la catégorie "Atelier d'écriture", "Histoire réécrite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *