novembre 18

Si la photo est bonne (comme disait Barbara)

«  Sur la première photo, on voit un joli bébé joufflu.  C’est lui. C’est Louis.

« Dans son landau, les mains levées vers quelqu’un que l’on n’aperçoit pas,- sûrement sa maman, ou sa nourrice –  il donne l’impression de bouger ses petits doigts. Petite frimousse de bébé, petite bouclette blonde sur le front. Gentil  bébé, mais bon, pas exceptionnel non plus. Un sourire d’accord, mais c’est un bébé, comme mille et un bébés.

« Sur la seconde photo, Louis est dans les bras de sa maman. Qu’elle est jolie. Jolie maman vêtue d’une robe sombre et d’un chemisier blanc, assez strict. L’époque n’est pas aux décolletés pigeonnants et aux plongeoirs sur les poitrines opulentes. Assez appétissante la maman de Louis quand même.  Louis joue avec une petite médaille que sa maman porte autour du  cou. Peut-être une médaille du Christ ou de la Sainte Vierge. La photo n’est pas très nette et on ne voit pas bien. En tout cas, le petit Louis doit avoir dans les deux mois environ, et se porte plutôt bien.

« Ah ! Voilà Papa sur cette nouvelle photo. Mon Dieu comme il a l’air sévère. La petite barbiche d’époque,  la belle moustache longuement lissée au fer et peignée avec le plus grand soin. On s’aperçoit nettement que là, c’est le papa le sujet  principal de la photo. Il est debout, porte fièrement l’uniforme, avec de beaux galons d’officier. Dans la main gauche, son tricorne, dans la droite une cravache. Il devait être dans la cavalerie. On peut se demander ce que fait cette photo dans l’album de Louis. Sur la gauche de l’image, assez loin, on peut deviner le landau. Mais point de tête de bébé qui en dépasse, même pas une petite menotte. Rien… A la limite, on peut même se poser la question de la véritable présence de Louis dans ce berceau… Mais bon, comme c’est écrit derrière la photo « Louis à 6 mois », on doit bien le croire.

« Ah celle-ci, c’est le bouquet. La photo de famille entière. Ça doit être le baptême de Louis à mon avis. On retrouve le bébé au centre, assis sur une colonne de marbre. Quelle idée. Une colonne de marbre pour un baptême. Papa –en civil- à sa gauche, et maman toute endimanchée, à sa  droite.  Cette fois-ci, elle est tout de blanc vêtue. Sous sa longue jupe à froufrous, on devine les trois épaisseurs de jupons, qui font gonfler le tissu. Elle a l’air un peu fatiguée, maman Louis. Derrière les parents, on trouve les grands-parents, je suppose. Tiens, il n’y en a que trois. Il manque un papi. Ah. Maladie ? Crise cardiaque ? Guerre ? Révolution ? Pas de réponse, mais un papi manque à l’appel. Ils paraissent vieux, c’est incroyable. Je suis sûr qu’ils n’ont pas plus de cinquante ans, mais on dirait vraiment des vieillards. Nous, à cinquante ans, on n’a pas l’air vieux comme ça, rassure-moi.

– Non, mais non… Dis, tu parles de Louis depuis le début, mais c’est qui ce  Louis ? Quelqu’un de ta famille ?

– Alors là,  pas du tout, c’est un paquet de photos que j’ai acheté à une foire à tout Ce sont des photos  de Louis Jacques Mandé Daguerre. Et il parait que j’ai fait une affaire…

– Daguerre, Daguerre, ça me dit quelque chose ce nom-là..

– Oui, moi aussi, ça me dit quelque chose. C’est un type connu. Je me souviens plus ce qu’il a fait ou ce qu’il a inventé, mais je suis sûr que c’était une sorte de star à son époque, ou un savant fou… Le type qui me les a vendues a garanti leur authenticité. Des photos de Daguerre bébé. Certain 100 %. Je les ai payées cher d’ailleurs….

– Attends une seconde…

– Qu’est-ce que tu fabriques ?

– J’appelle Monsieur Google. Parce que Daguerre, pour moi c’est vraiment pas un inconnu. C’est un nom qui m’est familier. Il a inventé quelque chose, mais je ne sais plus quoi.

– Vas-y, cherche, je file à la cuisine chercher deux bières pendant que tu te renseignes…

– Daguerre, Daguerre, Louis, Jacques Mandé. Né le 18 novembre 1787 à Cormeilles en Parisy.

– Voilà. Ca doit être lui à mon avis. Quand je pense que j’ai des photos de lui bébé..Tu te rends compte ? des photos de 1787… Ça doit valoir une fortune, ça…

– Ah, je crois pas… A mon avis, ça ne vaut rien du tout. Mon pauvre ami, tu t’es fait rouler dans la farine, et en beauté… Sur les photos, c’est pas Daguerre.

– Garanti 100 % m’a dit le marchand, Mossieur.

– Marchand 100% escroc, Mossieur.

– Et pourquoi, Monsieur Je-sais-tout ?

– Parce qu’en 1837, alors qu’il avait 50 ans, notre ami Daguerre a fait une sacrée découverte qui lui a valu la gloire et la reconnaissance de l’Etat..

– Et il a découvert quoi notre Loulou Daguerre ????

– La photographie…….»

 

(Le 18 novembre 1787, est né Louis Jacques Mandé Daguerre, considéré, avec Nicéphore Niepce comme le père de la photographie, tout du moins, du daguerréotype.  Il a notamment beaucoup travaillé sur le principe de fixation de la photographie. Sur la photo qui est en tête de cet article, c’est bien lui. Mais pas bébé…)

 

 

 

© Amor-Fati 18 novembre 2012 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 18 novembre 2012 par Amor-Fati dans la catégorie "Fiction", "Hommage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *