septembre 30

Une première annulée

C’est vers 3 heures du matin cette nuit que le feu a pris dans les coulisses du théâtre « Auf der Wieden » bien connu des Viennois. Son propriétaire, Emmanuel Schikaneder devait y donner ce soir même la première représentation d’un nouveau spectacle plein de surprises et de nouveautés, d’après les dires des quelques privilégiés qui ont eu la chance d’assister à une ou deux scènes en avant-première.

C’est certainement un chandelier mal éteint ou des restes de feu dans les cheminées des loges qui ont été à l’origine du sinistre.
Il faut dire que les répétitions allaient bon train depuis un mois et avaient fini bien tard hier soir. Les acteurs, chanteurs et musiciens étaient partis très fatigués et c’est sûrement une inattention de la part de l’un d’eux qui a été à l’origine de l’incendie.
Le chef d’orchestre, également compositeur de l’œuvre qui aurait du être jouée ce soir est complètement abattu.
 » Tout a été détruit, nous a-t-il déclaré, les décors ont été soit brûlés, soit noyés sous les seaux d’eau des pompiers viennois. Les superbes costumes ont également été ravagés par le feu. Il y avait aussi des oiseaux qui devaient faire partie du spectacle. Ils n’ont pas pu s’échapper. Mais le plus douloureux et le plus difficile, nous a déclaré le musicien, c’est que la partition elle-même a été la proie des flammes. Il ne reste rien de ce qui aurait sûrement été une belle réussite. »
Tout est entièrement à refaire et à repenser, car le compositeur ne possédait pas de copie de son œuvre. Dans quelques semaines, il aura achevé l’écriture d’une messe de requiem sur laquelle il travaille actuellement et pourra, tout à loisir, recommencer sa partition.
Le public viennois qui se faisait une joie d’aller au théâtre ce soir devra attendre six mois, voire un an pour espérer assister cette fois à la première représentation de « La Flûte enchantée ».

(Rassurez-vous, le 30 septembre 1791 a bien eu lieu au théâtre « Auf der Wieden » de Vienne, la première représentation de La Flûte enchantée. Et heureusement, car Mozart devait mourir 66 jours plus tard, le 5 décembre 1791, et n’aurait certainement pas eu le temps de tout refaire. On a eu chaud…)

© Amor-Fati 30 septembre 2012 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 30 septembre 2012 par Amor-Fati dans la catégorie "Fiction", "Uchronie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *