décembre 21

Retour sur Terre.

orgasmeElle pénétra dans la cabine de douche et referma soigneusement la porte vitrée derrière elle. La tête lui tournait un peu, une sorte de malaise qui la submergeait à chaque fois.Elle avait envie de la sensation qu’elle allait éprouver dans quelques instants. C’était une habitude chez elle. Après une sensation forte, une autre.

Elle tourna le robinet et laissa couler l’eau à ses pieds. Elle régla le thermostat sur 40. Il fallait que l’eau soit chaude. Lorsque la température voulue fut atteinte, elle leva la pomme de douche au-dessus de sa tête. Le bien-être attendu l’envahit immédiatement. Sentir l’eau couler le long de son corps était un plaisir à nul autre pareil. Elle suivit des sens le trajet de l’eau qui coulait. Elle descendait de son visage, gouttait de son menton, s’insinuait entre ses seins, rigolait le long de son ventre, tournait autour de son nombril, glissait vers sa douce toison et suivait le long trajet rectiligne de ses jambes.

Le bonheur de la douche était un bonheur qu’elle éprouvait depuis sa plus tendre enfance. Elle pointa la pomme de douche vers le haut de sa poitrine et se plaça le dos collé à la faïence blanche. Elle ferma les yeux et se laissa envahir par une douce rêverie. Elle diminua la puissance du jet d’eau jusqu’à ce qu’il ne devienne plus qu’un léger ruisseau. Des dizaines d’images passaient devant ses yeux. Elle se laissa guider doucement par son imagination débordante,  n’opposant aucun tabou aux rêves qui l’envahissaient. Elle était bien, juste bien. Elle entendait faiblement les bruits de la maison, des pas feutrés dans la chambre à côté de la salle de bains, puis le craquement de l’escalier. Des bruits dans du coton, étouffés, légers, mais qui lui rappelaient la réalité.

Elle rouvrit les yeux et remonta la puissance de la douche. Il était temps de revenir dans la vie, dans la vraie vie. Pour cela, la solution était toujours la même: baisser la température de l’eau, attraper le savon, le gant et savonner la moindre partie de son corps . La douche bienfaitrice et réparatrice devenait douche énergique. Elle se rinça soigneusement, reposa la pomme de douche sur son support et ouvrit la porte de verre. La différence de température la saisit immédiatement, mais elle s’y attendait. Cela faisait partie de l’habitude. Le froid après le chaud qui appelait la serviette et une friction efficace. Le retour à la vie était à ce prix.

Elle ouvrit la porte de la salle de bains et traversa  le couloir sur la pointe des pieds . Des traces humides restaient derrière elle, à son passage. Elle entra dans sa chambre. Une douce et tendre odeur d’amour flottait. une odeur qu’elle aimait. Une odeur d’intimité, de transpiration, de parfums mélangés. Une odeur de baisers, de caresses, de je t’aime et de j’ai envie de toi. Une odeur de prends moi, de oui comme ça, un mélange subtil de j’aime être avec toi et de tu me rends heureuse. D’un geste efficace, elle tira la couette vers le bas du lit pour que tous ces effluves puissent sortir librement. Elle tira les rideaux et ouvrit grand la fenêtre. La vraie vie fit son entrée dans la chambre.Elle était définitivement de retour sur Terre.

En bas, la cafetière coulait déjà.

Depuis 2006, le 21 décembre est la journée mondiale de l’orgasme. Selon ses deux fondateurs, si nous faisions tous l’amour en même temps, une vague d’ondes positives envahirait le monde.

© Jean-Marc Bassetti. Le 21 décembre 2013. Tous droits réservés.

 

 

 

 

© Amor-Fati 21 décembre 2013 Tous droits réservés. Contact : amor-fati@amor-fati.fr


Copyright 2018. All rights reserved.

Ecrit 21 décembre 2013 par Amor-Fati dans la catégorie "Au fil des jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *